« En plus, je nai plus à me battre avec les autres filles pour avoir le meilleur emplacement sur jeune coquine cam le trottoir. .
En effet, certaines communes ont des pratiques plus répressives selon les moments de lannée et surtout en période prélectorale.Ses économies, sa santé, sa famille.La majorité de leur clientèle est composée de couples illégitimes et de prostitué(e)s.Une mission impossible au Maroc, où la vente de spiritueux, officiellement réservée aux étrangers, sarrête à 20 heures.En privé, les travailleuses du sexe prennent plus de temps avec le client que dans les lieux de prostitution existant dans lespace public.Les 21 et 27 juillet, deux grosses interventions ont eu lieu.Mais elles ont la difficulté de garder la discrétion, à savoir quelles sont souvent dans linquiétude dêtre victimes de dénonciation des voisins due au va-et-vient des clients.
Cet exemple montre à quel point la prostitution de rue et la difficulté en matière de la gestion de celle-ci peuvent être vite réappropriées par les politiciens.«Je parle avec le client de la pluie et du beau temps, du dernier match quon a vu à la télé mais jamais de moi.Elles ont entre 18 et 55 ans.Une pétition a recueilli 50 signatures en mars contre leur présence.Elles sont minimum deux à travailler par «bar» en même temps mais cela peut aller jusquà 5 personnes, si celui-ci est fort grand.Il va sans dire que le propriétaire ne va pas payer cette taxe, il la réclame à la personne prostituée qui accepte de la payer de peur de se voir expulsée.Lorsque lon franchit la porte on sent souvent la chaleur nous envahir.





En aucun cas nest précisé ni le prix, ni la pratique et rien ne fait référence au caractère sexuel.
Seulement, la profession est soumise à un système dagrément très strict, laissant peu de marge aux chauffeurs.
« Ici, les prostituées sont très bas de gamme, explique le chauffeur.

[L_RANDNUM-10-999]