rencontre ephemere sousse

Je lui demande s'il n'a pas commencé à se poser de sérieuses questions sur sa présence dans le pays après les attentats de Sousse.
Pour moi, il était «inconcevable» que Loukala ouvre de nouveau au public sans mettre en vedette les créateurs tunisiens.
Loukala est aussi un collectif; le Collectif dAction pour la Médina (CAM) qui travaille sur un livre blanc de la Médina de Sousse pour «Réinventer la Médina».Avec classe et naïveté, sans la moindre inhibition, avec une générosité dont beaucoup de clubs parisiens nont plus le moindre souvenirs.Hammamet et ses complexes hôteliers semblables à de vilaines pâtisseries autrichiennes farcies de néons.Une débâcle faite de boue, dorga foireuse, de chiottes qui débordent et de flics véreux.Aussi, la Tunisie danse.Hammamet et ses plages, ses touristes aux gueules denterrements et ses putain de ballades en calèches.Nous au bureau, on a installé une corde à lautre bout du bâtiment, histoire de pouvoir séchapper par la fenêtre si des mecs prenaient lentrée dassaut.
» on est conscients de limagerie quon peut inspirer, reprend Deena.
Lunettes de soleil, bouteilles deau à la main et chewing-gums vissés à la mâchoire dominent également largement le dress-code : oui, depuis une poignée dannées, cette jeunesse kiffe sérieusement lexta plan cul rumilly et la mdma.
On est aussi conscient quà lheure où les lieux de nuit tunisiens sont tenus par des mafias ou des gens hyper liés au business dalcool, et donc en recherche de programmations super commerciales, on part pas favoris pour squatter les affiches des clubs du Tunisie.Et la scène électronique émergente capte ici toutes les attentions dune jeunesse qui a digéré la Révolution et sémancipe, malgré des conflits sociaux à répétition et une économie chancelante.Pour couvrir deux jours de fête techno dans un complexe hôtelier à Hammamet : le Festival Éphémère.Plage privée, piano-bar, piscine où seuls les hommes se baignent et personnel qui flirte avec la servilité : bienvenue à lAl Hambra, un hotel thalasso viriliste dans lequel nous a installé lOffice National du Tourisme.En ce mois daoût, je suis de retour dans le petit pays.Là où le bon sens aurait disposé tous les dix mètres des tentes de préventions, le très altruiste esprit entreprenarial tunisien avait lui installé des stands de vente de clopes et dopérateurs téléphoniques.« À Tozeur, se souvient-elle, javais effectivement joué seule, mais deux mois auparavant, on sétait retrouvés en formation Arabstazy, avec trois membres du groupe pour le Festival International des Oasis, un événement gratuit.Plus de 4000 personnes par soir, toutes placées sous la surveillance serrée de trois services de sécurité cumulés, sans compter la très brutale police locale et autres brigades anti-déconnade.





«Glam Tounsi» est la première collaboration entre lAssociation Be Tounsi et lEspace Loukala à Sousse.Glam Tounsi est une invitation à la découverte et à la découverte de créateurs, toutes disciplines confondues qui participeront à faire de Loukala la plus belle vitrine du made in Tunisia,et.
Des ventes ont été réalisées dès la 1ère journée.
» Avec leur productions ténébreuses, leur esthétique très sombre et leur blaze sur-tendu, Arabstasy seraient-ils devenus la police politique de la scène locale?

[L_RANDNUM-10-999]