Cette manière d'agir et de parler n'est évidemment pas réglementaire et ne peut être que source de protestation.
Lire le dossier de presse LDH.
12h11 Commentaire de la part de Thierry: Si le Comité P n'est pas si indépendant que ça, on pourrait créer un "Comité miroir" où les plaintes seraient envoyées en copie.Il aurait également, lors de l'interpellation d'un homme qui participait à une manifestation interdite, poussé celui-ci par deux fois contre un chambranle de porte en lui proférant des injures racistes.Il ma mis à terre et ma donné plusieurs gifles".Au-delà des spécialités propres à chaque région, julia libertine la cuistot perçoit la cuisine comme un art «international «.Il nétait pas autorisé mais a été toléré.Il y avait une caméra à la porte et comme par hasard, il y a eu un saut d'horloge pendant onze minutes.Les membres d'ObsPol sont tous des militants bénévoles, impliqués dans les violences policères mais bien souvent sur d'autres thématiques aussi, donc c'est un problème que nous connaissons bien, pour l'avoir parfois expérimenté nous-mêmes.Sans qu'aucune raison ni objet de l'arrestation ne leur soit communiqués, elles sont ensuite maintenues pendant 11 heures à l'Amigo (commissariat central de Bruxelles).
Publicité, pour la rencontre avec les clients, la stratégie consiste à venir exclusivement dans une station-service pour prendre rendez-vous avec les vieux expatriés dans un hôtel.
«Chiennes de Blacks eté 2001.
Un policier qui se trouvait dans l'hélicoptère ayant participé à la course-poursuite avait rappelé aux équipes au sol que tout était echange livre filmé.Linspecteur principal était poursuivi par le parquet pour coups et blessures avec des motifs racistes dans deux affaires différentes.Il en va de même pour les victimes de ces traitements dorigine étrangères lors dexpulsions.Y participaient : Marco Van Hees (PTB Benoît Hellings (Ecolo Vincent Cornil (mrax Stéphane Crusnière (PS Michaël Verbauwhede (PTB) et une députée européenne (suédoise).Après enquête le Parquet a estimé qu'il manquait de preuves que les policiers avaient effectivement été au-delà de leur fonction.Paniqué, Agbevide a commencé à crier, les policiers lui ont alors «écrasé le cou».Cette mesure met fin aux poursuites.Peu ou rien ne fut évoqué à propos de violences subies par des manifestants ou simples passants de la part des forces de l'ordre.




[L_RANDNUM-10-999]