ou echanger des francs suisse en euro

Selon cette même étude, les frontaliers sont également 11 à faire des retraits en euros dans les Bancomats en, suisse.
Pour cela, testez notre service de change de devise b-Sharpe, vous aurez économisé beaucoup dargent à la fin de lannée, sans prendre aucun risque de perdre vos francs suisses ou euros ou de vous les faire voler, et sans perdre de temps.Supposons quun frontalier veuille changer 4000 francs suisses à Genève.Très fréquemment, il devra attendre pour cela, et fera donc la queue au bureau de change.Ce phénomène ne pourrait bien sûr jamais arriver avec le transfert de fonds électronique.Tout ceci prend beaucoup de temps, car cela nécessite de nombreux déplacements et de lattente.Et sil était temps de changer?Avec sa solution de change 100 électronique et à taux très compétitif, b-Sharpe est une alternative sûre et efficace pour le change EUR CHF du salaire des travailleurs frontaliers.34 des frontaliers utilisent un bureau de change pour changer les francs suisses de leur salaire et obtenir des euros, selon une étude réalisée par le Groupement transfrontalier européen, la plus grande association de frontaliers en, suisse.Raison #4 : le bureau de change propose en général un taux de change EUR CHF plus élevé que dautres solutions de change meilleur marché Contrairement à de nombreuses idées reçues, et grâce à un très bon Marketing, les bureaux de change communiquent sur.Raison #2 : vol ou agression : passer par un bureau de change fait prendre de gros risques On sous-estime souvent cet argument, mais il est pourtant réel : quand un frontalier transporte sur soi des sommes dargent importantes (plusieurs milliers de francs ou deuros.Même sils sont en général très attentifs, cest une probabilité qui est de toute façon beaucoup plus importante que dans le cas dun transfert électronique.
Sur les autres devises (USD par exemple cest encore plus cher.
En passant par un bureau de change, les frontaliers courent le risque dégarer les francs suisses (avant le change) ou les euros (après le change).Avec une solution de change électronique, comme celle que propose b-Sharpe, les frontaliers peuvent consulter le convertisseur de devises qui donne le change en temps réel, choisir le meilleur moment pour changer leur devises.Seulement voilà : la demande a été si forte que la plupart des bureaux de change, notamment à Genève, nont rapidement plus eus deuros à proposer, empêchant ainsi la plupart des frontaliers de changer leurs francs suisses.Chez b-Sharpe, nous ne voyons que des inconvénients au change de devises physique, et il est fort probable que les frontaliers qui passent par un bureau de change le fassent plus par habitude quautre chose.Il nexiste pas de statistiques précises sur les agressions de frontaliers dans cette situation, mais il est certain que beaucoup de personnes se font agresser pour des sommes beaucoup moins importantes que celles quun frontalier pourrait avoir sil change son salaire en francs suisses.Les raisons qui expliquent ces différences sont simples : les bureaux de change ont des frais importants : loyers, frais de livraison sécurisée de largent, frais de personnel Tous ces frais obligent les bureaux de change à prendre des marges importantes sur toutes les transactions.Et cest en réalité très rarement le cas.Avec escort occasionnelle grenoble les solutions électroniques, de tels frais sont très réduits, ce qui permet aux clients de bénéficier de taux encore plus intéressants.




[L_RANDNUM-10-999]