Dès la fin de la Grande guerre se dessinait déjà la «physionomie du quartier algérien de Marseille, le Saint-Martin, près la porte dAix, autours des rues Sainte Barbe, des Chapeliers, Puvis de Chavannes toute une zone située entre la rue dAix et prostitution in dubai area les constructions.
Mais cette localisation mérite une réflexion plus globale dans le temps et dans lespace.
Le riche marquis Charles Castellane de Majastre, Seigneur dAuzet, ny avait pas établi ce divertissement fréquenté par laristocratie locale au hasard : Nobles, armateurs, grands négociants et parlementaires sy côtoyaient.
Quelques unes de ces familles parfois, elles aussi, dans le dénuement le plus total cherchaient à leur arrivée un logis bon marché, dans lattente dune hypothétique reconversion.En effet, le local a changé plusieurs fois daffectation jusquà ce quil tombe entre les mains. .Une liste officielle en sieste coquine jeux avait été publiée et certaines affaires avaient été cotées en bourse.Jai beaucoup trop attendu des hommes.Tout le monde le sait, personne nen parle.Les structures de prévention et daide à la réinsertion des personnes prostituées prévues par la Convention escort 94500 de Genève nont jamais été mises en place et, dans les années 1990, lEtat français a sous traité ces actions avec des associations dont les positionnement idéologiques par rapport.Le client, on ne regarde pas sa beauté mais son porte-monnaie.
Je ne pense pas quon puisse faire ce métier en étant seule au monde.Je mets une perruque blonde pour que personne ne me reconnaisse.20 La chasse au proxénétisme atteint son apogée dans les années : de nombreux hôtels ferment pour proxénétisme hôtelier et les amendes se multiplient.Jai commencé sur Internet puis, il y a deux ans, ma sœur ma conseillé de faire comme elle.Je ne les embrasse jamais sur la bouche.Passagers en transit et transfuges.La construction de la gare Saint-Charles au milieu de xixè siècle confirma la vocation commerciale du quartier.Situé en plein centre ville, entre gare et port, Belsunce accueille alors des vagues de migrants sans grandes ressources, perdus dans un monde dont ils ne connaissent pas même la langue.Désormais la rue est sale, les «studios» ne sont plus entretenus du tout et les femmes qui vivent dans la prostitution ont des conditions dexistence encore plus lamentables quavant la fermeture des hôtels-borgne.Leur corps, je ne le voyais même pas.


[L_RANDNUM-10-999]